WP_20140729_13_23_46_Pro

Tests des Parrot Jumping Sumo et Rolling Spider : lequel choisir ?

Partager cet article

MiniDrones Parrot

Lancés le 21 juillet , les Mini Drones de Parrot sont maintenant disponibles et vous n’avez surement pas été épargné par des publicités qui montrent les 2 bestioles vous attendant à la Fnac.

Fan du célèbre Parrot AR Drone, j’attendais avec impatience de pouvoir jouer avec ces nouveaux drones. Je vais vous livrer dans cet article mon test des 2 produits. Attention toutefois, ceci est mon avis personnel et je ne me prétends pas professionnel du modélisme ou des objets connectés.

Celui que j’avais choisi : Le Rolling Spider

Parrot Rolling Spider 2

Le 18 juillet, j’ai précommandé le Parrot Rolling Spider (RS) sur le site de la Fnac. Le RS est le modèle volant des Mini Drones : un mini quadricoptère doté de 2 roues (détachables) lui permettant de rouler sur les murs et plafonds.

Le 21 juillet, je reçois l’appareil. Le packaging est plutôt sympa et j’ai tout de suite été impressionné par la taille et le poids du carton ! Tout cela se confirme quand j’ouvre et découvre mon tout petit drone. A ses cotés : une batterie, un cable de rechargement USB, une notice, un mini-axe, 2 roues et une planche de sticker pour personnaliser la « bouche » du drone.

A première vue, le RS parait solide et les composant semblent d’excellentes factures. En revanche, je trouve les roues assez fragiles.. Est-ce que cela se confirmera ?

J’installe l’axe et les roues très rapidement puis laisse le drone en charge pendant environ 1 heure. Pendant ce temps je prépare mon iPhone 4 et lui installe l’application FreeFlight 3. Une fois le chargement terminé, j’active le Bluetooth puis lance l’application mais rien ne se passe… Je cherche dans les options de l’application mais aucun moyen de faire la connexion.

C’est après quelques minutes et quelques recherches que je vois que mon iPhone 4 n’est pas compatible. Pour vous éviter cela, je vous recommande de lire la liste des appareils compatibles publiée par Parrot le lendemain de la sortie des drones.

Je retente le coup avec un iPhone 5S et ce coup-ci cela fonctionne. Cependant j’ai trouvé l’appairage du Rolling Spider pas très évident et il m’a fallu 2 ou 3 essais pour qu’il se fasse correctement. L’application manque en effet de clarté de ce côté-là.
Bref, il est temps d’enfin tester le joujou. Pour cela, je lance le mode vol libre et c’est parti.

J’appuie sur le bouton « TAKE OFF » et le drone décolle. Première impression : la stabilisation est IM-PRESS-IONANTE ! Voir un si petit objet réussir à se stabiliser en vol est bluffant. Je tente alors de le faire monter et descendre et le drone exécute facilement. C’est en tentant de le déplacer que les choses vont se compliquer.. En effet en utilisant l’accéléromètre (par défaut), le déplacement va être très laborieux. Impossible de contrôler correctement l’appareil et de lui faire faire ce que je veux. Je switche en mode « Joypad » et tout va beaucoup mieux. Ce mode permet de ne plus utiliser l’accéléromètre et déplacer le drone comme avec une manette. Ainsi j’arrive à contrôler le drone et lui faire faire un petit tour mais ca y est, c’est déjà fini :(

Le gros point noir du Rolling Spider est clairement ici : l’autonomie, avec une charge d’1 heure, le drone tient 5-6 minutes avec les roues et ces dernières passent très vite ! Surtout au début quand on essaie de se familiariser au pilotage. Ainsi, il m’a fallu plusieurs coups de recharge d’1h pour pouvoir jouer avec le drone et notamment tenter le lendemain de faire rouler le drone sur le plafond et ça il faut dire que ça en jette :)

Au total, j’ai fais volé le drone 5 fois :

    1. Premier vol : décollage et déplacements dans une pièce. Pas de problème.
    2. Deuxième vol : au décollage, le drone fonce sur moi (heureusement il vole bas) et l’une des hélices me fait une petite coupure. Rien de bien méchant mais cela montre qu’il faut faire attention avec les jeunes enfants. Un coup dans les yeux et vous gagner un petit tour aux urgences…
    3. Troisième vol : décollage et déplacements sur le plafond. Le drone se heurte à plusieurs obstacles mais les roues assurent sa protection et on ressent l’assurance qu’on peut tout faire du coup :) Pourtant après le vol, je me rend compte qu’une roue est tordue et qu’une hélice est abimée…
    4. Quatrième vol : Malgré les chocs du dernier vol, le drone fonctionne toujours aussi bien et je peux continuer à voler. Pourtant mon autonomie a diminué et je n’ai volé que 3 minutes environ…
    5. Cinquième vol : Je retire les roues mais l’autonomie reste très faible…

Mon expérience de jeu avec le RS n’ira pas plus loin. En effet, lorsque j’ai voulu jouer à nouveau, le drone a décollé mais est redescendu d’un coup indiquant que la batterie, que je venais de charger pendant 1h30, était vide… J’ai refais plusieurs essais et notamment avec d’autres appareils : iPad, Galaxy Tab mais le comportement était toujours le même.

Direction le SAV de la Fnac où mon Drone a été repris en échange d’un avoir. Un poil déçu par mon expérience avec le Rolling Spider, je n’ai pas voulu en reprendre un autre et j’ai préféré ajouter 60€ supplémentaires pour acheter le deuxième mini drone de Parrot : le Jumping Sumo.

Mon bilan sur le Rolling Spider :

Points forts :

  • Une stabilisation impressionnante
  • La taille du drone qui permet de pouvoir jouer en intérieur
  • Les roues permettant au drone de rouler sur les plafonds et qui le protègent des chocs
  • Un bel objet au design sympa et à la conception solide
  • Les figures pré-chargées que l’on peut exécuter facilement

Point faibles :

  • L’autonomie !! Parrot propose d’acheter des batteries supplémentaires vendues à 13,99€ l’unité mais il n’y a pas de chargeur… Vous devrez donc passer par les drones pour charger vos batteries.
  • Les hélices et les roues qui prennent vite chères !  Mais il y a possibilité d’acheter ces pièces détachées sur le site de Parrot. Les prix sont intéressants : les 4 hélices pour 5€ et les 2 roues pour 7€.
  • La connexion Bluetooth avec le smartphone (ou la tablette) qui n’est pas évident
  • Les déplacements en mode « accéléromètre » qui ont mal fonctionné de mon coté
  • Un tutoriel dans l’application serait le bienvenue pour la première utilisation
  • Le prix : 99€ ce n’est pas rien ! Certes, cela reste plus accessible qu’un AR Drone mais pour 5/6 minutes de jeu, il faut y penser avant d’acheter.

En bref : Le Rolling Spider est un bon produit, bien fini. Sa stabilisation est bluffante et rend le contrôle agréable (en mode joypad) en intérieur et en extérieur. La présence des 2 roues permettent de protéger le drone et de se faire plaisir en vol. Malheureusement, sa mauvaise autonomie gâche le tableau et il devient quasiment obligatoire d’acheter des batteries supplémentaires.

Celui que j’aurai dû choisir : le Jumping Sumo

package kaki jumping sumo

Après mon expérience avec le RS, je récupère finalement le Jumping Sumo.

Egalement très petit, le Jumping Sumo bénéficie d’un super look. Pour ma part, j’ai choisi la version noire et rouge, mais sachez qu’il existe également en blanc et en kaki (cf image au dessus). Sa construction respire également la solidité, et il va en falloir :)

Pour la connexion, cela passera par Wifi cette fois-ci. Il faut connecter le smartphone ou la tablette en Wifi au drone et lancer l’application. Pour le coup, je n’ai donc eu aucun problème pour l’appairage en Wifi contrairement au Rolling Spider et son Bluetooth capricieux.

Après 1h30 de charge, le Jumping Sumo est prêt. Sur l’écran de mon iPad s’affiche l’image filmée par la caméra grand angle du drone. A la manière d’un FPS, je vais pouvoir déplacer le drone sans le regarder mais en utilisant sa caméra. Ainsi le déplacement est fluide et accessible en moins de 5 minutes.

Après cette prise en main quasi immédiate, je m’exerce un peu à faire tourner le Jumping Sumo et le joystick droit me permet notamment de lui faire faire des rotations de 90° et 180° en un éclair ! Mais l’heure est venue de voir comment saute le petit Sumo. Pour cela il suffit d’appuyer sur une touche et il se met à sauter !  J’ai ainsi pu le faire monter sur lit, table, canapé sans aucun soucis.

Comme sur le RS, il y a des figures pré chargées qu’on peut exécuter par une simple touche. On peut ainsi lui faire faire la toupie, des slaloms.. et même pousser des objets qui peuvent gêner votre parcours.

Au bout d’environ 20 minutes, j’ai pu faire le tour de mon appartement en sautant un peu partout, en poussant quelques objets et en prenant quelques clichés qui s’enregistre dans la mémoire interne du drone. Il y a également la possibilité d’ajouter un stockage externe via mini-usb pour faire des enregistrements vidéo.

Seul défaut constaté pendant ce premier essai : un petit lag de connexion lorsque le drone s’est éloigné un petit peu dans une autre pièce. L’image saccadait un peu et rendait le contrôle moins précis.

Lors de mes autres essais, j’ai pu m’amuser à corser la difficulté en faisant sauter le drone d’objet en objet. Je posterai d’ailleurs la vidéo prochainement. J’ai également testé un mode permettant de planifier le parcours de son drone depuis sa tablette.

En bref, vous l’aurez compris, mon expérience avec le Jumping Sumo est très positive ! J’ai eu la chance de pouvoir tester les 2 drones et me rend compte que c’est plutôt celui-ci que j’aurai dû choisir au départ. Malgré son prix plus élevé, je n’ai pas été déçu par le Jumping Sumo et continue de m’éclater avec.

WP_20140729_13_23_46_Pro

Mon bilan sur le Jumping Sumo :

Points forts :

  • Un design et une construction qui envoient du lourd
  • Une prise en main quasi-immédiate
  • Les rotations du drone en un éclair
  • Les sauts et les cascades possibles
  • Les figures pré-chargées que l’on peut exécuter facilement et qui aident pendant le parcours (pousser un obstacle par exemple)
  • La caméra grand angle qui rend le contrôle parfait
  • L’autonomie qui permet d’en profiter

Point faibles :

  • Un peu de lag quand on change de pièce
  • Le stockage par mini USB au lieu d’un USB comme sur l’AR Drone
  • Le prix qui pique un peu

En bref : Le Jumping Sumo est EXCELLENT. Son design ne peut que vous séduire ! Aux commandes, tout est simple et intuitif. Les sauts et les rotations permettent au Jumping Sumo d’être un vrai cascadeur et on prend vraiment son pied à le contrôler. Sa bonne autonomie permet en plus de profiter pleinement de chaque session. Un must-have !

Partager cet article

6 réflexions sur “ Tests des Parrot Jumping Sumo et Rolling Spider : lequel choisir ? ”

  1. Bonjour Antony
    Tu peux préciser ce que tu veux dire par : « Le stockage par mini USB au lieu d’un USB comme sur l’AR Drone » ?
    Merci pour ta réponse. Bonne année.
    Roland

  2. On m’a offert ce Jumping sumo.
    Honnêtement que du bonheur : il saute, roule, saute encore, et ainsi de suite…
    Là où je suis déçu, c’est sa solidité…
    Après quelques sauts… et un saut plus périlleux que les autres (saut du lit sur le sol, soit un saut d’environ 1,50m), depuis il refuse de fonctionner… et ne se recharge même plus…
    J’ai la forte impression que j’ai pété la carte mère…
    Je risque fort d’en être de ma poche sur ce coup… une nouvelle carte c’est 99 euros…
    Soit le prix d’un drone sumo d’occase…
    A bon entendeur, soyez prudent.

  3. Salut à vous,
    Tout d’abord merci pour ces informations !
    J’ai un drone spider et comme toi je suis bloqué à la phase de connexion, j’ai un IPhone 4S (pourtant inscrit dans la liste compatible) mais rien ne se passe.
    As tu des pistes de recherches ?

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>